• Détenue innocente

    Olympe Tulipe est une ancienne détenue qui essaye de se reconstruire après son histoire mouvementé avec son ancien mari infidèle et les crimes qu'il lui a mis sur le dos, qu'il a commis lui même alors qu'elle n'en savait rien.

    Suite...

     

    P-S: Je ne pensais pas du tout que ce serait aussi difficile d'écrire à la troisième personne, j'ai tellement l'habitude que je peux facilement me laisser emporter, surtout au niveau des dialogues.

  • Elle sortait en pleine aire, enfin, mais comment allait-elle retrouver une vie normale loin des regards indiscrets des journalistes et de son Ex. Sa vie d'adulte avait tellement bien commencé, elle avait trouvé l'amour de sa vie et vivait une vie paisible jusqu'au premier affront de celui-ci. Sortie une nuit, revenu le lendemain sans mot dire. Elle ne le pensait pas capable de la tromper, elle. Il ne disait rien et plus le temps passait plus elle eut des doute sur sa fidélité. Puis, il eut cette histoire de meurtre, le voisin tué une balle dans la tête. Il lui avait dit qu'il lui devait quelque chose bien avant or elle mit au placard cette histoire mais en y repensant c'était bizarre. Elle ne se doutait de rien, quelle naïve elle avait été mais plus jamais elle ne ferait la même bêtise. Elle avait retenu la leçon en prison, en même temps elle n'avait pas trop le choix. Les premiers mois dans celle-ci était horrible parce que les filles là-bas n'étaient pas tendre avec les nouvelles venues. La rancœur la rongeait de l'intérieur tout autant que la haine mais pour elle, ça allait de pair. Chaque jour et chaque nuit, elle le maudissait. Elle voulait presque le tuer mais plus le temps passait dans cette maudite prison plus elle s'apaisait mais de façade, Olympe avait trouvé un passe-temps que ne lui laissait plus de répit. Elle voulait devenir plus forte physiquement et mentalement. Tous les ces jours, elle s'entraînait à être plus forte, plus rapide, plus agile et plus habile de ses mains. Elle détestait, avant, le sport mais elle se rendait bien compte que pour le vaincre, elle le devait. Un jour, il regrettera de l'avoir mise là et l'avoir trahit de la sorte. Ça vengeance, elle avait bien réfléchit à ce mot en prison, il signifiait pour elle sa revanche, elle pensait en avoir besoin pour se reconstruire pleinement mais ne le pouvait pas d'une manière visible mais sans n'ont plus utilisé des moyens détourner. Il fallait qu'il avoue ses crimes publiquement contre elle et sans qu'elle en soit la cause. Ce qui était totalement impossible quand la personne en question est sans remords. Cet homme qu'elle avait connu était bien en apparence mais sans moralité et sans âme mais elle l'avait vu trop tard.

     Avant même de penser à sa vengeance, elle devait se remettre sur pied financièrement et vite, sinon, elle finira chez ses parents. Or si elle y va, elle subira encore les reproche de sa mère "Tu n'aurais jamais dû l'épousé, de toute façon moi, je ne l'ai jamais aimé", elle n'avait pas tout à fait tort mais l'entendre de la bouche de sa propre mère était un peu... énervant et vexant. Elle n'a jamais dit qu'elle ne l'aimait pas à par quand elle est allée en prison. Elle essaye toujours de la rabaisser quand elle le peut et depuis qu'elle est toute petite, elle n'a jamais fait ce qu'elle attendait d'elle. Mais depuis qu'elle savait que sa mère voulait par tous les moyens possibles avoir raison dans n'importe quelle situation et même au profit du bonheur des autres, elle avait arrêté de l'écouter.


    1 commentaire
  •    Pendant qu'elle attendait qu'on la libère pour de bon elle se mit à se demander comment elle allait pourvoir rassembler des preuves tangibles sur lui. Il était clair que trouver du travail après avoir fait un passage en prison la discréditait et ne l'aidait pas à refaire sa vie. Elle ne voulait plus dépendre d'un homme ou de qui que ce soit. Elle avait une amie qu'elle avait essayé d'appeler et lui demander son aide mais malheureusement, elle n'arrivait pas à la joindre. Elle se demandait si elle aussi, pensait qu'elle avait commis ce meurtre.

       Les gardiennes arrivèrent enfin et la menèrent à la voiture de sa mère qui avait pris la peine de venir la chercher comme une mère normale le fait pour son enfant. Mais justement ce n'était pas une mère normale, pas celle qui vous récompense quand vous avez une bonne note ou vous aide quand vous aviez des problèmes de cœur. Mais celle qui devient froide à chaque situation désastreuse de sa fille qu'elle considère comme son bien, un objet qu'elle peu magner à son bon vouloir. Elle avait prévu son avenir dans les moindre détails: avec qui allait-elle se marier ou du moins quelle genre, quelle boulot allait-elle faire qui était d'ailleurs femme au foyer. Elle qui avait déjà ses projets d'avenir dans la tête, elle ne voulait pas de son avenir à elle. Pourtant elle es tombée pille dedans quand elle a épousé Phil, même s'il n'était toujours pas assez bien, un nom qui n'impressionne pas beaucoup mais qui lui a fait beaucoup de mal.  Voyez-vous Anna dans la reine des neiges quand elle a voulu épousé le prince Hans et bien c'était elle. Elle voulait partir du cocon familial qui soit dit en passant, était une prison. Voilà où ça mène même si elle croyait vraiment être amoureuse. Seulement deux ans après, elle est allée en prison.

    - Bonjour maman, dit-elle, bien plus amer qu'elle ne l'aurait pensé.     

    - C'est comme ça qu'on traite sa mère que l'on n'a pas vu depuis si longtemps.

    - Justement, tu aurais peut-être pu venir me voir ?

    - Et gâcher ma réputation de mère déçu et en colère contre sa fille ?

    - A oui, j'avais oublié la réputation était beaucoup plus importante que sa progéniture.

    Elle ne l'a rabroua pas plus. Étant donné qu'elle avait pensé que sa fille allait reprendre sa vie d'avant dans la famille et se caser puisqu'elle devait avoir retenu la leçon en allant en prison. Le chemin fut calme, elles ne dirent mots. Olympe n'avait d'ailleurs pas du tout l'intention de revenir mais elle avait laissé sa mère la raccompagner même si dormir dans son ancienne maison était ce qu'elle redoutait le plus. Heureusement sa mère la laissa en paix dans sa chambre. Olympe prit son ordinateur pour se changer les idées et avait l'intention de regarder les nouvelles qu'elle avait raté tout ce temps. Elle voulait sortir car elle ne l'avait pas fait depuis si longtemps et être libre était un cadeau. Sans le vouloir elle tomba sur un article type "people". Dans le genre français bien sûr, il décrivait des évènements qu'elle pensait impossible. Sa meilleure amie venait de se marier avec son ex, elle ne pensait pas du tout qu'elle avait été trompée mais que Phil allait faire une nouvelle victime, à croire qu'il lui restait un semblant de naïveté. Elle décida de voir cette meilleure amie.

    Elle alla à la résidence de Phil qui ne devait pas avoir changé, et elle avait raison. Rose la vit et une lueur de surprise vient percer  ses yeux. Au lieu de venir vers elle en l'embrassant (parce qu'elle ne la croyait pas coupable). Elle eut un mouvement de recul et sans se presser vient vers elle.

    - Qu'est-ce que tu fais ici ? dit-elle d'un ton dédaigneux

    - Je viens de sortir et d'apprendre ton mariage avec Phil. Qu'est-ce qui t'a pris, je pensais que tu me croyais quand je disais que Phil m'avait piégé.

    - Je vois que tu aies toujours aussi naïve. Il t'a trompé et lâché pour moi. Je sais ce qu'il a fait mais il ne me fera pas la même chose car moi il m'aime vraiment pas comme toi. Rajouta-t-elle toujours hautaine.

    Elle s'est contrôlée pour ne pas la frapper de toutes ses forces et sa haine. Elle ne pensait pas que son hypothèse était fondée, celle de la tromperie mais au lieu de pleurer comme Rose l'avait prévu. Elle l'a regardé droit dans les yeux et a ri.

    - Tu vois, je ne pensais pas que j'avais raison mais en fin de compte, tu es un vrai peste et garce. Moi qui pensais que tu avais changé, tu vois ma grande, tu n'es pas plus importante que moi. Tu crois que parce que tu t'es jouée de moi, je vais te montrer mes faiblesses, toi, à ce que je vois tu es toute aussi naïve que moi.

    - ???

    - Tu n'es en rien une grande dame si c'est ce que tu penses, tu es juste une humaine comme moi. Et tu es peut-être même un peu idiote.

    Elle faillit partir en la laissant avec son incompréhension et sa colère mais elle lui fit face en attendant la suite. Elle l'avait traité d'idiote, étant donné qu'elle était allée chez son ex, elle ne voulait rater aucuns indices et donc elle avait mis le dictaphone en marche.

    - Tu ne survivras pas longtemps avec ton arrogance, dit-elle d'un ton moins hautain qu'avant.

    - Au mais, je ne l'ai que quand j'en ai besoin.

    Et enfin, elle partit avec un indice à ajouter pour son enquête. 

    Le fait qu'elle n'avait pas vu Rose depuis longtemps lui permis de ne pas vivre la douleur d'être trahis et elle espéra juste la même chose pour elle, cette humiliation.

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique